Avertir le modérateur

06/07/2007

La francophonie n'est pas une guerre à mener.

Tiens, débroussaillons le terrain de la francophonie en Asie du Sud Est par exemple.
On ne cesse de crier au loup sur la disparition de la langue française dans cette partie du monde.
Mais parlons honnêtement !
Pense t’on vraiment que dans les années 40 ou 50 une proportion significative de la population du Viêt Nam ou du Laos parlait français ? Quelques militaires, quelques profs… les grands bahuts du centre ville et l’intelligentsia locale… certes.
Mais que représentait ce public dans la population totale du Laos par exemple ? Entre 2 et 4 % peut-être ? Aujourd’hui, il est vrai, cette part de locuteurs francophones a diminué encore … 1% environ… mais la problématique générale a t’elle véritablement évolué sur un plan quantitatif ?
Probablement pas.

Et cela représente sans doute un élément important… les chants des Cassandre qui annoncent la disparition progressive de la langue française reposent bien souvent sur des données tronquées et sur des thèses au fort relent d’un nationalisme dépassé.
Honnêtement… les stratégies politiques de la francophonie doivent elles avoir pour ambition ultime de colorier en bleu sur une carte un certain nombre de  pays cibles ? La francophonie aura-t-elle  « triomphé » lorsque de vastes territoires seront peinturlurés, cela parce que un pourcentage X de locuteurs aura été dénombré ? Et dès lors quel pourcentage doit on considérer comme significatif : 10, 25, 60% ? Davantage?

Je considère que la francophonie doit avoir d’autres ambitions.
Il n’y a pas d’expansionnisme francophone au sens guerrier du terme !!!

 Arnaud PANNIER

Commentaires

Bonjour,

Je suis en accord total avec votre point de vue sur la francophonie. Elle ne doit pas être une "arme" linguistique au but d'influence géopolitique, économique ou autre chose du genre. Cette visée est perdue d'avance face à "l'outil" anglophone.

La langue est culture, mode de vie et état d'esprit. Comment faire pour que le monde ne devienne pas monolithique ? Cela se passe par l'intérêt économique. A quand, les entreprises françaises implantées au Laos, au Viêt Nam recrutent en priorité les francophones, à compétence égale ? Ce n'est pas aujourd'hui.

Un témoignage sur mon blog sur ce sujet :
http://trungdungvo.blog.lemonde.fr/category/francophonie

Cordialement. Vo T.Dung

Écrit par : Vo Trung | 07/07/2007

Que voulez-vous dire Vo à propos de la discrimination à l'embauche des publics francophones. Est-ce flagrant au Viêt Nam?

Je ne renonce pas tout à fait à l'idée que la francophonie puisse néanmoins constituer un "outil" géopolitique... mais nous aurons probablement l'occasion d'y revenir!

Écrit par : Arnaud PANNIER | 08/07/2007

En Asie du sud-est, lors de recrutement du personnel local, les entreprises françaises demandent la connaissance de l'anglais. Des Vietnamiens francophones, à compétence égale, ont été recalés à l'entretien d'embauche, parce qu'ils parlent mieux le français que l'anglais...

Écrit par : Vo Trung | 10/07/2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu