Avertir le modérateur

08/07/2007

Qui a peur du grand méchant anglais? C'est pas nous... c'est pas nous...


Un autre cliché habituel : le français et l’anglais se trouveraient dans une logique de confrontation et de rivalité. Le pauvre français verrait ainsi ses ambitions « légitimes » contraintes par la puissance institutionnelle, économique, culturelle et politique de l’anglais.
Si l’on veut véritablement moderniser la notion de francophonie, la première condition est de sortir de cette ridicule perception des choses… Une perception qui régresse d’ailleurs, fort heureusement… même si les médias ont souvent recours à cette facilité lorsqu’ils évoquent le sujet. Pourquoi ? Sans doute parce que l’idée d’une suprématie anglophone face à la citadelle assiégée francophone est polémique et que pour développer son auditoire, le « meilleur » axe consiste sans doute à titiller le chauvinisme de nos compatriotes.

Il faut donc sans doute penser l’anglais et le français en terme de complémentarités. On n’oubliera pas que c’est Guillaume le Conquérant qui apporta le français en Angleterre au XIéme siècle et que la proximité linguistique est évidente. On n’oubliera pas non plus, qu’au contraire, la relation du français et de nombreuses autres langues du monde est bien moins étroite… Ce n’est pas une piètre consolation… Et l’on peut ainsi considérer qu’un Chinois, un Russe qui apprendraient l’anglais auraient donc fait une partie non négligeable du chemin qui pourrait les conduire jusqu'au français. Resterait à leur fournir les quelques motivations supplémentaires…
Allons jusqu’à considérer l’impact mondial de l’anglais comme un atout stratégique pour le français.

Par ailleurs, répétons nous, comme le disait notre Président d’avant que « ce qui nous relie est infiniment plus important que ce qui nous divise »… et que les deux langues ont sans doute à travailler ensemble de façon étroite sur un certain nombre de sujets pour faire avancer des intérêts communs. Intérêts souvent évidents dès que l’on observe les rapports de force dans le monde contemporain…
Aneries diront certains… la francophonie peut-elle régler des guerres ? Ce n’est pas si simple… mais je ne suis pas certain que la francophonie institutionnelle n’ait pas son mot à dire au Moyen Orient par exemple au sein d’une stratégie internationale concertée.

Pas d’angélisme bien sûr et l’on me trouvera souvent sur ce blog à défendre des positions francophones face à «l’hégémonie» anglo-saxonne… mais il m’apparaît pourtant indispensable de conserver en arrière plan cette indispensable stratégie de partenariat.

Arnaud PANNIER

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu