Avertir le modérateur

19/09/2007

"Je rêvais... d'un autre monde!" (II)

Les nouvelles technologies ouvrent donc de fabuleuses perspectives, et permettent de revisiter le concept de langue étrangère. Dans bien des pays, l’enclavement de certains territoires rend en effet très problématique l’accès à l’enseignement en général, à l’enseignement supérieur en particulier. De plus en plus se développent des formations à distance, outils intéressants mais qui possèdent d’évidentes limites. Il est en effet très difficile de renforcer la motivation des apprenants dans des dispositifs de ce type et les taux de réussite, pour le moment, ne sont pas toujours à la hauteur des attentes.

Si je rebondis sur les éléments que nous évoquions lundi dernier, on pourrait cependant, dans l’avenir, imaginer de merveilleux instruments de travail. Investissons par exemple un univers comme "Second Life", et observons comment telle ou telle université réelle pourrait développer une interface véritable dans ce jeu. Ainsi,  en associant un logiciel de ce type avec un outil de communication comme "Messenger" on pourrait tout à fait autoriser la rencontre entre un enseignant et des étudiants venus d’univers géographiques très différents. Finalement, le suivi d’un cursus universitaire ne pourrait nécessiter qu’un ordinateur équipé d’une bonne connexion à Internet, ce qui révolutionnerait l’accès aux études dans de nombreux pays en voie de développement. Par ailleurs, si les technologies offertes par les traductions automatiques en arrivaient à autoriser  une traduction orale simultanée, cela signifierait que tel professeur francophone pourrait délivrer son cours en français, tel étudiant chinois le recevoir simultanément en mandarin, tel étudiant brésilien en portugais. Cela aboutirait à une nouvelle donne dans le domaine des rapports de force entre les universités. La distribution actuelle des « langues de l’enseignement supérieur » pourrait aussi être amenée à quelques changements fondamentaux.

Certes, tout ceci demeure encore dans le domaine du virtuel et les difficultés à surmonter restent très nombreuses. Ces difficultés ne sont pas seulement technologiques, elles sont aussi institutionnelles. Mais l’on pourrait doucement se diriger vers de telles perspectives… J’aurais même tendance à les croire « inévitables ». D’où peut-être le besoin de prendre en compte ces paramètres afin d’orienter nos politiques de diffusion linguistique selon des axes stratégiques pertinents. Plus que jamais il s’agit de renforcer les liens entre le français comme langue et les valeurs liées à la francophonie. Car c’est dans cette alliance d’un canal linguistique et d’une position intellectuelle que nous pourrons demain renforcer l’impact de la présence française dans le monde.

Arnaud PANNIER

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu