Avertir le modérateur

26/11/2007

10 000 professeurs de français en formation!

f7bd6c78572206c1c24372b161140106.jpg

L’enseignant de français est véritablement au cœur des stratégies de diffusion linguistique. Il est l’indépassable acteur de toute réforme, de toute stratégie. Bref, il existe toujours une bonne occasion de valoriser son métier et ses missions. Le sait-on ? Le plus souvent, il est recommandé aux postes diplomatiques français à l’étranger de faciliter la délivrance de visas gratuits auprès de ces professeurs. Juste retour des choses pourrait-on dire, puisque faciliter un tel déplacement, c’est aussi participer à la formation continue des enseignants, les encourager à poursuivre leur métier.

Entre 2007 et 2009, le Ministère français des Affaires Etrangères met en œuvre un très vaste plan de formation destiné à 10 000 enseignants du monde entier. Ces enseignants sont sélectionnés au sein des grands pays émergents où le développement de la langue doit autoriser un repositionnement de la France auprès des décisionnaires des secteurs public et privé… Il s’agit donc d’entreprendre une action d’envergure, qui, à travers la langue, parviendra à terme à crédibiliser nos opérateurs politiques et économiques.

En 2007, trois pays ont été ciblés : le Brésil, le Mexique et l’Afrique du Sud. En 2008, ce seront la Chine, l’Inde et l’Indonésie.

Programme intéressant, surtout si chacun des postes concernés développe des actions en amont et en aval de ces séjours linguistiques. En amont, il est très important que des opérations si coûteuses soient amorties par de grandes campagnes marketing qui s’emploient à diffuser l’information. Une telle stratégie permet notamment de contrer l’argument, souvent entendu, que la France renonce à défendre ses positions culturelles, à cause d’ambitions et de moyens limités. En aval, il s’agit aussi de penser à la démultiplication de telles opérations afin de bénéficier d’un impact maximum sur la scène éducative des pays partenaires. Ainsi, si dans un premier temps, le choix des candidats porte sur leur âge, leur implication dans une association de professeurs de français, leurs activités, et leur sens de l’initiative, il est primordial que dans un second temps, ces « pivots » puissent enclencher une dynamique pédagogique à l’échelle des établissements, dynamique qui sera bien entendu au service du français.

Notons que le travail en réseau témoigne une fois de plus de son efficacité et que cette opération s’inscrit dans le mouvement de rénovation du partenariat entre le Ministère des Affaires Etrangères et la Fédération Internationale des Professeurs de Français, la FIPF.

 

24/11/2007

Mon Dieu comme le temps passe!

Voici presque de quoi devenir nostalgique!

Cette vidéo, hébergée par le site de l'INA, remonte à 2000. Amusant de voir comment y sont encore observées les nouvelles technologies... De quoi se convaincre que l'enseignement des langues constitue véritablement une ressource de pointe et une problématique des plus contemporaines.

http://fr.video.yahoo.com/video/play?vid=1083743238

Alors qu'aujourd'hui l'enjeu de la formation à distance investit le terrain éducatif mondial, que les nouvelles technologies constituent certes toujours un support et un produit d'appel, mais peut-être avant tout le pivot des stratégies de diffusion linguistique, il n'est plus possible de considérer les NTI comme de simples auxiliaires. L'Alliance Française en est bien entendu pleinement persudée, comme les principaux acteurs institutionnels de la francophonie.

En Haïti, l'OIF et l'AUF s'emploient justement à développer un outil de formation à distance pour les enseignants , en français et en mathématiques... Renforcer son niveau de français... c'est aussi devenu une histoire de haute technologie!

22:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : NTI

21/11/2007

Apprendre le français : à chacun ses objectifs!

Saint-Domingue a connu, du 14 au 16 novembre derniers, son troisième congrès des professeurs de français. L’objectif était double : tout à la fois pédagogique puisque de nombreux enseignants y ont trouvé des outils de formation très pertinents, et institutionnel puisqu’un nouveau bureau, au terme ces trois jours, a été élu.
M. Carlos TABERNERO, Attaché de Coopération pour le Français auprès de l’Ambassade de France en République Dominicaine, a effectué là, en relation avec les partenaires locaux, un remarquable travail de planification.
Quelques idées ont pu être développées au cours de ce congrès qui intéressent au premier chef notre blog. L’une d’elles concerne le niveau de compétences attendu de ceux qui apprennent le français.
Assez théoriquement, on considère en effet, que sitôt qu’un individu entre dans une classe de français, son ambition ultime consiste à atteindre le niveau du locuteur natif, modèle semble t-il indépassable de toute acquisition linguistique. Cette situation implique de véritables difficultés car la motivation des apprenants risque dès lors d'être très vite ébranlée. La raison en est double. En effet, une telle conception implique des objectifs à long terme car la maîtrise d’une langue à un niveau C2 est très exigeante. Par ailleurs, en développant de telles stratégies, on ne bénéficie pas des motivations plus ponctuelles et sans doute beaucoup plus proches des ambitions réelles des apprenants.
Chacun a le droit d’apprendre une langue non pas pour la maîtriser dans ses raffinements, ou sa fluidité, mais pour en devenir un locuteur partiel et limité. Chaque apprenant peut définir des objectifs qui lui sont propres et qui ne l’engagent pas dans la spirale de la perfection.
C’est sans doute par là que l’on réussira à renforcer la motivation de nombreux étudiants et que l’on parviendra plus efficacement à contrer cet argument massue du français comme langue difficile à acquérir, argument particulièrement dommageable car il éloigne de notre langue de nombreux locuteurs potentiels.
Là encore, cette position demande un certain décentrement. Il ne s’agit plus de placer la langue au cœur de la stratégie pédagogique mais l’apprenant lui-même, qui avec ses motivations et ses objectifs doit demeurer l’enjeu majeur de la démarche. On rejoint à ce propos certains de nos anciens billets en affirmant qu’une stratégie de diffusion linguistique doit renoncer aux perspectives aristocratiques pour se positionner au plus près des individus qui nous font l’honneur de s’intéresser à notre langue.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu