Avertir le modérateur

03/07/2008

Les Français pas francophones? C'est finalement assez logique.

 

 

On dit souvent des Français qu’ils se désintéressent de la Francophonie, qu’ils la tiennent pour une idée historiquement datée, ringarde, en dehors des préoccupations légitimes de l’environnement international.

Cette idée, par ailleurs, justifie le sous-titre qu’a choisi ce blog : « Site engagé pour réconcilier les Français et la Francophonie  ». Etrange besoin de réconciliation : que les Français soient francophones… ceci ne devrait-il pas être une évidence ?

Non, sans doute pas.

De rapport en rapport, on ne cesse de s’étonner que les Français ne soient pas les plus fervents pour « défendre » les positions de leur langue. Ces Français représentent tout à la fois les élites sociales, qui acceptent trop facilement d’utiliser l’anglais aux tribunes des organisations internationales, et la population considérée dans son ensemble, qui apparaît incapable de représenter un groupe de pression efficace dans le cadre de ces débats linguistiques.

Le Cadre européen commun de référence (CECR) dans sa tentative de structurer l’identité européenne autour des compétences linguistiques d’un individu représente en cela une intéressante piste de réflexion. En effet, considérer le français selon des compétences et des niveaux, c'est aussi (et surtout) l'articuler aux langues avec lesquelles il cohabite chez un individu. Dans un environnement multilingue, affirmer être B2 en français, c'est se situer sur une échelle de compétences langagières ou communicationnelles plus large. Or l’angle stratégique est bien là : l’identité francophone se joue dans ce rapport linguistique de compétences langagières croisées, dans cette capacité à choisir le canal de communication selon le contexte dans lequel l’individu se trouve.

A bien y réfléchir, il est donc assez logique que les Français soient parmi les moins francophones : ce sera le cas tant qu’une majorité de Français ne parlera, en définitive, que le français ! Nous voulons renforcer la Francophonie en France ? Et bien militons pour le multilinguisme !

Quant à ce blog, il faudrait finalement en changer le sous-titre… Quelque chose comme… « Apprenons à devenir francophones »…. Vous avez des idées ?

15:22 | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cecr

Commentaires

Bonjour, vôtre texte est capilotracté. Je parle 4 langues couramment dont le français, ma langue maternelle, et je ne le défends pas dans la mesure ou c'est une langue compliquée pour rien, qu'un bon tas de citoyens ne parlent ni ni n'écrivent correctement, elle n'induit pas une communication facile et pratique.La francophonie parait bien peu préparée au 21 ème siècle

Écrit par : Barto | 05/07/2008

bonjour, votre texte est très intéressant. j'avais peur que tu avais écrit un texte uniquement en défense de la langue français et en oubliant le multilinguisme, je pense qu'on doit bien la langue maternelle pour l'enseigner aux autres, moi je suis pas français, mais je l'enseigne et je me sens toujours content quand je vois quelqu'un qui parle français et d'autre langues.
La francophonie ensemble au cosmopolitisme ou multilinguisme me semblent parfaites pour quelqu'un qui veuille ramasser beaucoup de culture et partager la sienne.

Écrit par : Alesson | 05/07/2008

Ça m'agacera toujours d'entendre certains Français parsemer leurs conversations de mots anglais (une langue qu'il maîtrise souvent mal), quand il existe le mot juste dans leur langue maternelle. Ce qui fera la force du français dans un contexte international, c'est quand son utilisateur, capable de bien parler 1 ou 2 autres lanques, se sentira assez sûr de lui pour échanger dans cette langue et non toujours plier pour l'anglais ou se replier dans son Hexagone.

Écrit par : Christine | 06/07/2008

Est-ce qu'il n'y aurait pas d'autre raisons pour lesquelles le Français n'est pas aimé ?

Le fait que cette langue se soit imposée par des méthodes discutables sur les langues régionales n'en serait-elle pas une ?

En Bretagne on se souvient encore des brimades subies pas ceux qui ne parlaient pas la "langue de la République", c'est probablement vrai aussi dans d'autre régions qui avaient leur propres langues.

Qu'une langue imposée brutalement est mal aimée ça parait assez logique non ?

Écrit par : Aymeric | 31/07/2008

Multilinguisme en France ? Oui, certainement. Commençons tôt, avec l'anglais, l'espagnol l'allemand etc... Et bien sûr, là où cela va de soi, avec les langues régionales.
Pour rebondir sur ce que dit Aymeric, l'imposition du français, notamment en Bretagne à partir du tout début du 20ème siècle, n'a pas fait à ma connaissance détester cette langue.
Les Bretons, peu instruits à cette époque tout comme les autres Français, admettaient avec civisme, malgré les brimades, l'utilité d'une langue commune en France, d'autant que le français était encore une langue prestigieuse.
De plus, ils ne percevaient pas toujours les desseins qui les acheminaient vers l'inacceptable : l'éradication de leur propre langue et l'imposition de la langue unique. En effet, bien que banni du domaine public, le breton continuait malgré tout à être leur langue quotidienne.
Je crois aussi que, souvent bilingues (sans parler du latin de messe !) ils comprenaient plus ou moins intuitivement qu'une langue n'est en soi responsable de rien, tout dépendant du rôle qu'on lui fait jouer.
Si bien qu'aujourd'hui encore, les Bretons (dont je suis), cette fois proportionnellement parmi les plus éduqués de l'hexagone, aiment la langue qu'on leur a imposée et qu'ils ont depuis appris à maîtriser.
La seule chose : ils se rendent compte parallèlement, je crois comme dans les autres régions à culture spécifique, de l'injustice commise, de l'humiliation subie et de la perte irréparable qui risque d'être la leur dans un avenir proche si les choses ne changent pas.
C'est donc en situation de légitime défense culturelle et le dos au
mur s'il n'y avait pas l'Union Européenne, qu'ils s'insurgent contre la situation faite à leur langue régionale, mais sans pour cela faire payer à la langue commune de France qu'ils ont maintenant faite leur, une faute qu'à l'évidence, elle n'a pas commise.

Écrit par : brittofan | 07/08/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu