Avertir le modérateur

13/11/2008

Quelles prérogatives pour la Francophonie?

 

206200774148f99c72c6615.jpg

Source : AFP

Des voix se sont élevées au XIIe sommet de la Francophonie à Québec en faveur d'un recentrage de l'organisation sur la défense du français et de la diversité culturelle, craignant une "dérive" vers une organisation politique réduite à "une Onu bis sans moyen".

Les chefs d'Etat et de gouvernements ont débattu dimanche, au cours d'un sommet dominé par la crise financière, de la langue française, pour la première fois thème à part entière d'un sommet de la Francophonie, aux côtés de la gouvernance économique, de l'Etat de droit et de l'environnement.

Toutefois, certains participants s'interrogeaient sur le tournant politique pris depuis quelques années par l'Organisation internationale de la Francophonie, au risque de devenir, selon les termes d'un expert du sujet Dominique Wolton, "une ONU bis sans moyen".

"On se demande parfois quelle est la pertinence de ce forum pour débattre d'un certain nombre de sujets", a déclaré à l'AFP pendant le sommet le secrétaire d'Etat belge aux Affaires étrangères Olivier Chastel, résumant un avis partagé par d'autres délégués.

"Que la Francophonie s'occupe clairement du développement du français, des grands thèmes généraux comme la liberté de droits, OK. Mais pour les points de politique étrangère, les conflits se règlent à l'Onu", a-t-il estimé.

Du coup, la déclaration finale de Québec est, selon lui, un texte "fourre-tout" qui comprend beaucoup de "déclarations de principes" sur les grands thèmes abordés mais qui ne peut s'engager au-delà de ce qui est décidé dans les instances internationales "adéquates".

"A quoi sert à l'avenir un organisme mondial de la Francophonie si la défense de la langue commune est au dernier rang de ses préoccupations? s'interrogeait pour sa part le quotidien québécois Le Devoir.

Pour Dominique Wolton, la Francophonie doit se recentrer sur "ce qu'elle sait faire: défendre le français c'est défendre toutes les autres langues et le pluralisme linguistique" dans un monde dominé par l'anglais.

"Si la Francophonie continue à ressembler à une ONU bis, elle y gagnera peut-être en tapis rouges mais elle y perdra son âme. A faire des grandes déclarations sur tout, elle y perd sa crédibilité", a-t-il affirmé à l'AFP.

Il critique également "l'absence de vision stratégique de la France en matière de Francophonie" alors qu'elle finance à 80% ses institutions. Il milite pour une "Académie de la Francophonie" qui intègre le "français des banlieues, de l'Outre-mer, des francophones" et pour une "Francophonie des affaires".

Le Bénin a proposé au sommet la création d'un "visa francophonie" facilitant la circulation des personnes, une idée défendue dans un rapport publié en juin qui critiquait une France "repliée sur elle-même".

Le secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf a lui estimé que la défense du français et de la diversité allait de pair avec "des choix politiques forts" visant à "l'émergence d'un multilatéralisme plus équilibré, plus solidaire".

Dans la déclaration finale, les membres de la Francophonie s'engagent à "garantir sa pleine reconnaissance sur la scène internationale" notamment par l'application d'un vademecum sur l'utilisation du français dans les instances mondiales.

Ils défendent "un pacte linguistique" entre l'OIF et les Etats et gouvernements qui le souhaitent pour favoriser l'utilisation du français.

La Francophonie compte quelque 200 millions de francophones dans le monde. Le français, en perte de vitesse, est la neuvième langue parlée dans le monde derrière le chinois, l'anglais, l'indi, l'espagnol, le russe, l'arabe, le bengali et le portugais.

La France a dépensé 410 millions d'euros en 2008 pour l'enseignement du français dans le monde en 2008. Le British Council vient de lancer un programme visant à faire passer le nombre de locuteurs anglophones de 2 à 3 milliards avec un investissement de 150 millions d'euros.

Commentaires

Des organismes comme Pasteur en france, ne publient plus qu'en anglais depuis des années, à Bruxelles alors que chaque langue de chaque pays de l'Union doit être légalement traitée, c'est l'anglais qui est le plus souvent utilisé. si vous voulez un document vous l'aurez quasi immédiatement en anglais, en 48 heures minimum en français (quand c'est prèvu de l'éditer en français encore!), et en quelques semaines voire mois pour le finnois.

Il y a certains métiers où vous êtes obligés d'apprendre l'anglais pour le pratiquer (médecine, recherche, etc..) alors que les anglophones maternels apprennent juste leur métier, on voit le résultat dans le nombre de nobel Etats-Uniens.

Écrit par : romaindesbois | 13/11/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu