Avertir le modérateur

13/11/2008

Quelles prérogatives pour la Francophonie?

 

206200774148f99c72c6615.jpg

Source : AFP

Des voix se sont élevées au XIIe sommet de la Francophonie à Québec en faveur d'un recentrage de l'organisation sur la défense du français et de la diversité culturelle, craignant une "dérive" vers une organisation politique réduite à "une Onu bis sans moyen".

Les chefs d'Etat et de gouvernements ont débattu dimanche, au cours d'un sommet dominé par la crise financière, de la langue française, pour la première fois thème à part entière d'un sommet de la Francophonie, aux côtés de la gouvernance économique, de l'Etat de droit et de l'environnement.

Toutefois, certains participants s'interrogeaient sur le tournant politique pris depuis quelques années par l'Organisation internationale de la Francophonie, au risque de devenir, selon les termes d'un expert du sujet Dominique Wolton, "une ONU bis sans moyen".

"On se demande parfois quelle est la pertinence de ce forum pour débattre d'un certain nombre de sujets", a déclaré à l'AFP pendant le sommet le secrétaire d'Etat belge aux Affaires étrangères Olivier Chastel, résumant un avis partagé par d'autres délégués.

"Que la Francophonie s'occupe clairement du développement du français, des grands thèmes généraux comme la liberté de droits, OK. Mais pour les points de politique étrangère, les conflits se règlent à l'Onu", a-t-il estimé.

Du coup, la déclaration finale de Québec est, selon lui, un texte "fourre-tout" qui comprend beaucoup de "déclarations de principes" sur les grands thèmes abordés mais qui ne peut s'engager au-delà de ce qui est décidé dans les instances internationales "adéquates".

"A quoi sert à l'avenir un organisme mondial de la Francophonie si la défense de la langue commune est au dernier rang de ses préoccupations? s'interrogeait pour sa part le quotidien québécois Le Devoir.

Pour Dominique Wolton, la Francophonie doit se recentrer sur "ce qu'elle sait faire: défendre le français c'est défendre toutes les autres langues et le pluralisme linguistique" dans un monde dominé par l'anglais.

"Si la Francophonie continue à ressembler à une ONU bis, elle y gagnera peut-être en tapis rouges mais elle y perdra son âme. A faire des grandes déclarations sur tout, elle y perd sa crédibilité", a-t-il affirmé à l'AFP.

Il critique également "l'absence de vision stratégique de la France en matière de Francophonie" alors qu'elle finance à 80% ses institutions. Il milite pour une "Académie de la Francophonie" qui intègre le "français des banlieues, de l'Outre-mer, des francophones" et pour une "Francophonie des affaires".

Le Bénin a proposé au sommet la création d'un "visa francophonie" facilitant la circulation des personnes, une idée défendue dans un rapport publié en juin qui critiquait une France "repliée sur elle-même".

Le secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf a lui estimé que la défense du français et de la diversité allait de pair avec "des choix politiques forts" visant à "l'émergence d'un multilatéralisme plus équilibré, plus solidaire".

Dans la déclaration finale, les membres de la Francophonie s'engagent à "garantir sa pleine reconnaissance sur la scène internationale" notamment par l'application d'un vademecum sur l'utilisation du français dans les instances mondiales.

Ils défendent "un pacte linguistique" entre l'OIF et les Etats et gouvernements qui le souhaitent pour favoriser l'utilisation du français.

La Francophonie compte quelque 200 millions de francophones dans le monde. Le français, en perte de vitesse, est la neuvième langue parlée dans le monde derrière le chinois, l'anglais, l'indi, l'espagnol, le russe, l'arabe, le bengali et le portugais.

La France a dépensé 410 millions d'euros en 2008 pour l'enseignement du français dans le monde en 2008. Le British Council vient de lancer un programme visant à faire passer le nombre de locuteurs anglophones de 2 à 3 milliards avec un investissement de 150 millions d'euros.

08/11/2008

L'identité francophone en question.

images.jpg

Un colloque sur l'identité  francophone à l'heure de la mondialisation aura lieu le 13 novembre à Paris, indique un communiqué publié vendredi sur le site web de  l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). 

Selon le communiqué, le colloque rassemblera des acteurs, des  spécialistes et des universitaires qui interviendront au sein de  quatre ateliers portant sur "les principales caractéristiques de  l'identité francophone", "l'impact de la mondialisation sur  l'identité francophone", "l'apport de la problématique de la  Francophonie dans les grands débats contemporains" et "le rôle des médias et de la communication dans la constitution d'une identité  francophone contemporaine". 

 Les échanges et les conclusions du colloque viendront alimenter le rapport sur l'identité francophone que remettra la cellule de  réflexion stratégique au secrétaire général de la Francophonie à  la fin de l'année 2008.

23/10/2008

Nouveau siège de la Francophonie à Paris en 2010

 

plansiege.gif

 Source : http://www.romandie.com

La Maison de la Francophonie, nouveau siège de cette organisation, devrait ouvrir ses portes à Paris au printemps 2010, selon un accord signé à Québec. Son ouverture aura deux ans de retard sur le projet initial cher à l'ex-président Jacques Chirac.

L'immeuble sera situé au 19-21 de l'avenue Bosquet à Paris,. Il "devrait ouvrir au printemps 2010", a indiqué à la presse l'Organisation internationale de la Francophonie.

Le coût pour l'Etat français est chiffré à six millions d'euros de loyers par an. La France devrait toutefois récupérer quelque 11 ou 12 millions de la vente d'immeubles que possède l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à Paris et Bordeaux, selon le secrétariat d'Etat à la Coopération.

La France, à l'initiative de M. Chirac, s'était engagé en septembre 2006 à prêter pendant trente ans à l'OIF des locaux à Paris pour y accueillir son siège et regrouper d'autres organismes ad hoc au sein d'une Maison de la Francophonie. Elle devait ouvrir en 2008.

Mais la commission des Finances du Sénat a dénoncé en juillet 2007 "la dérive des coûts" du projet, estimant à 420 millions d'euros le montant des loyers offerts durant trente ans à l'OIF par la France et à 120 millions d'euros celui des travaux nécessaires.

"Ces chiffres étaient totalement exagérés pour justifier la révision du projet", fait-on valoir de source proche du dossier.

L'OIF, compte désormais 71 membres, 56 Etats, dont la Suisse, et 15 observateurs. La France finance quelque 80% du budget des institutions de cette organisation, soit environ 133 millions d'euros par an.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu