Avertir le modérateur

11/08/2009

Congrès Mondial de l'Acadie

090809abdou_diouf_8.jpg

L'Acadie a reçu de la grande visite, samedi, à l'occasion de son Congrès mondial. Le secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf, a interrompu ses vacances pour venir saluer les Acadiens. Il a prononcé une conférence à Shippagan.

M. Diouf, un ancien président sénégalais, voit en l'Acadie un exemple à suivre en matière de diversité culturelle pour d'autres peuples dans le monde.

Dans son allocution, il n'a pas hésité à se lancer dans une critique virulente de la mondialisation qui, selon lui, ignore les cultures et laisse certaines régions du monde dans la misère.

Certains continueront de consommer dans l'insouciance des biens que d'autres produisent à des milliers de kilomètres de là dans des conditions inhumaines. A. DIOUF

Abdou Diouf estime que faire reconnaître la diversité des cultures est le grand défi auquel le monde est confronté. C'est le but de l'organisation qu'il dirige, dit-il.

On ne peut pas faire une mondialisation seulement économique et technologique. Il faut que la mondialisation soit aussi culturelle. C'est en étant culturelle, en s'accrochant aux idéaux, aux valeurs universelles de justice, de solidarité et de partage que cette mondialisation peut être une mondialisation équitable. A. DIOUF

Le président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Jean-Marie Nadeau, se dit tout à fait d'accord avec Abdou Diouf. « La mondialisation rime avec homogénéisation et c'est ça qui fait qu'un peuple comme le nôtre ne se bat pas contre les Anglais, ni contre les autres. On se bat pour notre différence et, justement, contre ce nivelage vers le bas. »

Au sujet de la diversité culturelle, M. Diouf croit que l'Acadie a des leçons à donner. « L'Acadie tire la francophonie vers le haut. L'Acadie, par sa qualité humaine, est exactement le symbole de ce que nous voulons faire. Voilà l'exemple type de ce que nous appelons les valeurs de partage. »

La présidente de la Société nationale de l'Acadie, Françoise Enguehard, croit pour sa part qu'il peut être intéressant de réfléchir à ce que les Acadiens peuvent apporter à la Francophonie. Après tout, dit-elle, l'Acadie est un peuple sans État qui a su faire sa place dans des milieux culturellement différents.

Par ailleurs, l'Université de Moncton a profité du passage du secrétaire général de la Francophonie pour annoncer la création de bourses d'études pour étudiants francophones venant de pays pauvres, les bourses Abdou-Diouf.

La Ville de Caraquet a quant à elle nommé une rue en l'honneur d'Abdou Diouf.

Source : http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2009/08/09/...

03/07/2009

Assemblée Parlementaire de la Francophonie

assemblee_franco.jpg

Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/franc...

La XXXVe session de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie se déroulera les 5 et 6 juillet 2009 à Paris, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale à l’invitation du Président Bernard Accoyer, et réunira plus de 250 parlementaires, provenant des soixante-dix-sept Parlements d’Etats, de communautés ou organisations interparlementaires, ayant la langue française en partage.

Elle débutera ses travaux par une intervention d’Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie et elle les poursuivra par un débat sur la crise financière, la lutte contre la pauvreté et le développement. Elle traitera également de thèmes d’actualité, liés aux situations politiques dans l’espace francophone. Elle étudiera la place réservée à la langue française dans la vie internationale.

Alain Joyandet, secrétaire d’Etat chargé de la Coopération et de la francophonie, présidera un déjeuner de travail avec les parlementaires le 4 juillet.

Le Parlement francophone des jeunes (PFJ) se réunira en marge de la session de l’APF, dans les locaux du Sénat, du 4 au 6 juillet. Cet exercice rassemblera une centaine de jeunes de 18 à 23 ans.

Créée en 1967, l’APF intervient auprès des instances de la Francophonie en rendant des avis sur les sujets concernant l’espace francophone ou portant sur les thèmes des sommets de la Francophonie et le suivi de leurs décisions. Elle est en particulier chargée de de promouvoir la démocratie, l’État de droit et les droits de l’Homme, plus particulièrement au sein de la communauté francophone.

Ses actions politiques comprennent :
les missions d’observation du processus électoral
les missions des « facilitateurs » en cas de crises graves.

Elle joue également un rôle de coopération interparlementaire en menant des actions de soutien aux Parlements francophones. Ses dernières interventions ont porté sur l’informatisation du circuit de traitement de l’information des deux chambres du Parlement burundais et la mise à jour de la version française du site internet officiel du Parlement de Skopje.

15/09/2008

L'OIF au chevet d'Haïti.

 

carte_haiti_dept.gif

 

« Face à la terrible catastrophe qui a touché si durement Haïti ces dernières semaines, je renouvelle, au nom de la Communauté francophone, notre solidarité et notre soutien aux populations haïtiennes et nos condoléances les plus sincères aux familles des victimes ».

 

C’est en ces termes que le secrétaire général de la Francophonie, Abdou DIOUF, a exprimé sa solidarité avec les victimes des ouragans, qui depuis trois semaines, balaient avec rage l’île que partagent Haïti et la République Dominicaine.

L’OIF a par ailleurs débloqué une aide exceptionnelle de 80 000 euros destinée à l’achat de couvertures, d’eau et de kits scolaires pour les populations sinistrées.

Abdou DIOUF a aussi lancé un appel pressant aux Etats francophones afin qu’ils se mobilisent rapidement face à cette catastrophe. Le Canada a d’ores et déjà annoncé un soutien financier de 5.6 millions de dollars canadiens et la France une aide budgétaire de 4 millions d’euros pour aider Haïti à se redresser.

Des fonds dont aura bien besoin Michèle Pierre Louis, le nouveau Premier Ministre du pays, qui débute son mandat dans de terribles circonstances.

 

Il pourrait être intéressant, à terme, que les pays francophones puissent, dans de telles circonstances, apporter leur aide en la rationalisant et en la structurant autour de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Ce serait une initiative bien utile pour renforcer la légitimité de cette organisation internationale, toujours très limitée dans ses capacités financières à porter les projets.

L’OIF est pourtant légitime, quand, au nom des peuples francophones, elle souhaite mobiliser l’aide internationale des pays qui la composent!

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu