Avertir le modérateur

17/10/2008

La Francophonie, oui... Le ghetto, non!

 

Fraternite.jpg

Un article d'Alain Mabanckou, publié dans le Monde du 19 mars 2006... à ne pas oublier.

Lorsqu’on parle de littérature francophone, il nous vient naturellement à l’esprit l’idée d’une littérature lointaine, d’une littérature faite hors de France le plus souvent par des auteurs originaires d’anciennes colonies françaises. "La francophonie désigne les Lettres venues d’ailleurs, mais aussi des manières autres de voir le monde, sinon des manières de voir le monde autrement ", rappelle d’ailleurs Romuald Fonkoua, critique littéraire, professeur de littérature francophone à Strasbourg . Une telle définition, par sa généralité, a le mérite de couper court aux discussions et de rassurer les consciences. Et on pourrait la reprendre pour les littératures issues des anciennes colonies, toutes nations colonisatrices confondues. On dirait par exemple, en changeant ce qui doit être changé, que la littérature latino-américaine, par rapport à la littérature espagnole ou portugaise, désigne « les lettres venues d’ailleurs, mais aussi des manières autres de voir le monde, sinon des manières de voir le monde autrement. »

La littérature française - c’est-à-dire, au sens strict, celle qui est faite par des Français métropolitains, et en langue française - a toujours joué le rôle d’unité de mesure au regard de la tradition littéraire qui est la sienne et à la place qu’elle occupe parmi les autres « grandes littératures » qui sont supposées avoir établi le modèle universel de la création littéraire. Dans ces conditions la littérature francophone n’est perçue que comme une littérature des marges, celle qui virevolte autour de la littérature française, sa génitrice. Nous prolongeons cette image, ce classement qui, au fond, dessert la littérature française au moment où, dans les espaces anglophone, hispanique ou lusophone, les « littératures venues d’ailleurs » ne souffrent guère de cette malencontreuse hiérarchisation. Est-ce cette hiérarchisation qui fait que des écrivains francophiles - j’entends par ce terme des écrivains qui ne viennent pas de pays francophones et qui ont choisi d’écrire en français - soient le plus souvent immédiatement intégrés dans les Lettres françaises ? Ainsi Makine, Cioran, Semprun, Kundera, Beckett sont placés dans les rayons de la littérature franco-française tandis que Kourouma, Mongo Beti, Sony Labou Tansi relèvent encore de la littérature étrangère même s’il écrivent en français.

La littérature étrangère, soulignons-le, est celle qui nous parvient par le biais de la traduction. Wole Soyinka, écrivain nigérian, africain comme moi, relève bien de la littérature étrangère puisque je le lis en traduction. Par conséquent, malgré les apparences, Wole Soyinka est un étranger pour moi, du moins par la langue. Ce qui n’est pas le cas lorsque je lis Patrick Modiano, Dany Laferrière, Jean d’Ormesson, Richard Millet, Salim Bachi ou Jean Echenoz qui, tous, me parlent directement, dans cette langue que j’ai fait mienne, dans cette langue que j’utilise pour ma création...

Pendant longtemps, ingénu, j’ai rêvé de l’intégration de la littérature francophone dans la littérature française. Avec le temps, je me suis aperçu que je me trompais d’analyse. La littérature francophone est un grand ensemble dont les tentacules enlacent plusieurs continents. Son histoire se précise, son autonomie éclate désormais au grand jour, surtout dans les universités anglophones. La littérature française, elle, nous l’oublions trop, est une littérature nationale. C’est à elle d’entrer dans ce grand ensemble francophone. Ce n’est qu’à ce prix que nous bâtirons une tour de contrôle afin de mieux préserver notre langue commune, lui redonner son prestige et sa place d’antan. Il nous faut au préalable effacer nos préjugés, revenir sur certaines définitions et reconnaître qu’il est suicidaire d’opposer d’une part la littérature française, de l’autre la littérature francophone.

Il reste que les classifications sont le plus souvent soutenues par des éditeurs français qui créent des collections de littérature pour les Africains. Il s’agirait semble-t-il d’une question de visibilité pour ces auteurs. Or cette ghettoïsation dangereuse finit par atteindre ses limites un jour ou l’autre. Elle déprécie l’expression de tout un continent et offre une littérature de troupeau dont la seule légitimation est l’identité de la couleur de la peau ou le lieu géographique des écrivains. Ces auteurs ainsi cloîtrés, balkanisés, claquemurés, isolés, sont irrémédiablement condamnés à porter le fardeau d’une idéologie incompatible avec l’indépendance de la création. Ils vont aboyer, mais leurs aboiements ne dépassent guère les lisières du cul-de-sac.

Bernard Mouralis, professeur émérite de l’université de Cergy Pontoise, s’étonne : « Mais comme par le passé, la critique continue souvent à vouloir rechercher dans les textes de ces auteurs la présence d’une spécificité africaine : est-il logique pour les éditeurs de créer des collections réservées à ces écrivains, et pour les libraires de leur consacrer des rayons particuliers ? » Accordons toutefois à ces éditeurs le bénéfice de la bonne foi, l’intention louable d’espérer installer une discrimination positive. Mais lorsqu’une initiative devient paralysante pour les auteurs, il faut passer au plan B : l’intégration de ces créateurs dans l’espace littéraire commun, espace dans lequel seule la singularité de la plume sépare le bon grain de l’ivraie...

Etre un écrivain francophone, c’est être dépositaire de cultures, d’un tourbillon d’univers. Etre un écrivain francophone, c’est certes bénéficier de l’héritage des lettres françaises, mais c’est surtout apporter sa touche dans un grand ensemble, cette touche qui brise les frontières, efface les races, amoindrit la distance des continents pour ne plus établir que la fraternité par la langue et l’univers. La fratrie francophone est en route. Nous ne viendrons plus de tel pays, de tel continent, mais de telle langue. Et notre proximité de créateurs ne sera plus que celle des univers...

 

10/12/2007

Francophonie au Canada.

a83589c21a1e9fb4defe6e7f6c555eb9.jpg

 

Le dernier recensement Statistique Canada ne donne pas que de bonnes nouvelles quant aux positions du français dans la province du Québec.

La Ministre responsable de la Charte de la Langue Française, Christine SAINT-PIERRE appuie certes sur l’augmentation significative du nombre de locuteurs allophones qui utilisent le français à la maison. Ainsi, ils sont 51% à privilégier cette langue aujourd’hui alors qu’ils n’étaient que 39% à le faire en 1996. La ministre de l’immigration, Yolande JAMES, s’est elle aussi félicitée en observant que 75% des nouveaux arrivant ont fait le choix du français à la maison, soulignant ainsi le succès de la politique d’intégration francophone conduite par le gouvernement.

D’autres statistiques demeurent cependant plus préoccupantes : ainsi, le nombre d’individus de langue maternelle française est à la baisse au Québec. Ce taux reste cependant encore très élevé puisqu’il se situe actuellement à 79.6% de la population de la province. Le déclin s’explique par une hausse conjointe des populations anglophones et allophones. Rien de bien significatif cependant, pourrait-on penser. Un élément symbolique toutefois car sur l’île de Montréal, la proportion de personnes de langue maternelle française vient de passer sous la barre des 50%.

En tout cas, l’opposition politique se fait entendre sur ce thème et réclame un débat articulé autour de l’arsenal législatif. Une solution appropriée ?

 

07/11/2007

Les 10 mots de la Semaine de la langue française.

medium_arton54670.jpg

 

Comme vous le savez, la célébration de la Semaine de la Langue Française est organisée chaque année autour de la Journée internationale de la Francophonie au mois de mars. Cet événement est coordonné par le Ministère de la Culture et de la Communication, en collaboration avec le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et de nombreux partenaires institutionnels et privés.

Il s’agit d’une invitation à célébrer la langue française en proposant une accroche sémantique : dix mots, tous les ans, sont associés à cet événement. A partir de ces dix mots, les différents acteurs de cette Semaine (enseignants, professionnels de la culture, étudiants, journalistes, etc.) peuvent libérer leur imagination, développer les projets de leur choix tout en s’efforçant de créer du lien social, de faciliter les échanges et les contacts, de créer du vivre ensemble.

Cette année, la célébration aura lieu du 14 au 24 mars. Les dix mots sélectionnés sont les suivants :

Apprivoiser _  Boussole _ Jubilatoire _ Palabre _ Passerelle _ Rhizome _ S’attabler _ Tact _ Toi _ Visage.

Si des idées vous viennent, vous pouvez faire connaître vos projets et figurer au programme de la Semaine de la langue française en vous inscrivant sur le site : www.semainelf.culture.fr

Vous trouverez à partir de ces liens l’affiche de cette "Semaine" de 10 jours:  http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Depliant_version_courriel.pdf

Ainsi que le dépliant qui vous apportera de nombreuses informations sur l'événement:     http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Depliant_version_courriel.pdf)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu