Avertir le modérateur

28/02/2010

Entretien du Matin avec Abdou Diouf.

 

clip_image001.jpg

Monsieur le président, vous avez débarqué mardi soir dans la Genève internationale pour le Congrès contre la peine de mort. Vous avez forcément dû parler en anglais...
Dans mes fonctions officielles, je ne m'exprime qu'en français et je le revendique. Cette langue est la seule avec l'anglais à être parlée et enseignée sur tous les continents. Je ne déroge à cette règle qu'à la maison, en famille, où je parle le wolof, une des langues de mon Sénégal natal.

Que peut faire une organisation comme l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) dans la lutte contre la peine de mort?

 L'Organisation internationale de la francophonie a été créée sur des valeurs comme la dignité et le respect de la vie humaine. Nous comptons 70 Etats et gouvernements membres, dont quarante-cinq ont aboli la peine de mort, en droit. Si l'on compte les Etats ayant suspendu les exécutions, le chiffre atteint cinquante-sept. Nous avons des tribunes dans le monde entier et surtout des convictions et de l'énergie. Je peux vous assurer que convaincre est quelque chose que nous savons très bien faire. Nous allons tout mettre en oeuvre avec nos partenaires pour abolir la peine de mort dans le monde entier.

Vous allez fêter cette année les 40  ans de l'OIF. Qu'est-ce qui a changé depuis sa création en 1970?
Je dirais que notre organisation s'est accomplie et que notre mandat s'est élargi. Nous menons des actions dans les domaines de la culture, de l'éducation, de l'égalité des droits et du numérique même. La francophonie de 2010 est la fille prodige de la francophonie de 1970. Nous fêterons cet anniversaire le 20 mars, en inaugurant la nouvelle Maison de la francophonie à Paris, avec Nicolas Sarkozy. Aujourd'hui éclatés sur plusieurs sites, nous serons d'autant plus efficaces en nous rassemblant sous un seul et même toit.

Vous vous êtes agrandis aussi. Tant et si bien qu'on ne voit plus vraiment pourquoi des pays comme la Moldavie ou l'ex-République de Macédoine font partie de votre organisation francophone...
C'est vrai, aujourd'hui nous comptons 54 pays membres, 2 pays associés et 14 Etats observateurs. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, en Moldavie, la première langue étrangère enseignée est le français. Et, à l'heure où de nombreux pays de l'Est entrent dans l'Europe, il est normal qu'on leur demande et qu'on les aide à mettre en avant la langue française. Nous souhaitons aujourd'hui conclure des pactes linguistiques avec ces pays, pour les pousser à donner davantage de place au français tout en nous engageant pour les épauler.

L'Organisation de la francophonie se porte apparemment bien, mais le français tout court?
Je n'ai jamais pratiqué la langue de bois: je ne dirai donc pas que la situation est parfaite. Je la qualifierais plutôt de paradoxale.

C'est-à-dire...
D'un côté, le français, sa culture, son enseignement, ses ramifications culturelles sont de plus en plus courus et demandés de par le monde. Mais, d'un autre, l'ONU, l'Union européenne et bien d'autres organisations internationales font de moins en moins l'effort de pratiquer le français et se contentent de l'anglais. Je me bats énergiquement contre cela. J'ai aussi été déçu de la non-invitation de l'OIF à la Conférence de Montréal sur la reconstruction d'Haïti et je l'ai fait savoir. Haïti est un pays francophone. Nous sommes présents sur le terrain depuis des décennies. Nous avons déjà débloqué une aide d'urgence et nous continuerons à nous investir en matière d'éducation et d'infrastructures culturelles, comme cela était le cas avant le tremblement de terre.

En Suisse aussi, le français est à la peine face à la majorité alémanique. Pensez-vous que ce soit la raison pour laquelle le Sommet de la francophonie qui doit se tenir cet automne à Montreux est mis à mal par des histoires de petits sous qu'on refuse de débloquer à Berne?
Vous êtes jeune, moi pas. Si j'ai eu tôt les cheveux gris, c'est parce que j'ai longtemps pratiqué la politique, et il y a une chose dont je suis persuadé: c'est que le plus difficile dans ce métier est le moment où il faut arbitrer les budgets.

Donc...
Donc je ne m'inquiète absolument pas pour cette affaire. Je suis certain que ce Sommet de Montreux sera une réussite. Vous savez, quand Madagascar a connu tous ses problèmes politiques et a dû renoncer à organiser ce sommet, nous nous sommes arraché les cheveux. On savait alors que seul un pays développé pourrait reprendre une telle organisation au pied levé. La candidature de la Suisse a été une divine surprise. En plus, Montreux est une ville merveilleusement accueillante au niveau du paysage et des infrastructures. J'ai passé mes vacances de l'été dernier à Evian et je ne pouvais pas m'empêcher de regarder de l'autre côté du lac.

Connaissez-vous un peu la Suisse?

 J'adore votre pays, et un de mes meilleurs souvenirs d'étudiant reste un voyage organisé par Pro Helvetia, qui nous avait invités pour un tour de Suisse en voiture. J'avais même assisté à une Landsgemeinde.

Notre Parlement discutera ces prochains jours du budget du sommet. Qu'avez-vous envie de dire à nos élus pour plaider votre cause?

Je leur exprime ma gratitude, ma confiance et mon plus profond respect pour l'organisation de cet événement. Je suis persuadé que ce sera magnifique.

Allez-vous profiter de votre présence actuelle à Genève pour prendre contact avec les autorités organisatrices?

 J'ai eu Micheline Calmy-Rey au téléphone dernièrement pour un autre sujet et je n'ai pas eu le temps de voir d'autres responsables. Mais je serai à nouveau présent en Suisse cet été pour diverses manifestations, notamment à Lausanne, où l'Université va m'attribuer le titre de docteur honoris causa. S'il y a un problème, je viendrai sans difficulté pour le régler, mais je suis persuadé que ce ne sera pas le cas.

La Suisse s'est portée candidate à la fin de l'année dernière. Le oui du peuple à l'initiative antiminaret vous a-t-il fait réfléchir à deux fois à cette candidature, puisque plusieurs Etats membres de votre organisation sont musulmans...

Jamais il n'a été question de ne pas venir en Suisse. Personne ne s'est opposé à cette candidature. Personne n'a posé de question à ce sujet.

Vous êtes vous-même musulman. Ce vote vous a-t-il choqué?

 Il m'a surpris, c'est vrai. Mais je sais que la liberté de culte est garantie pour tout le monde en Suisse. Les musulmans continuent de se rendre dans les mosquées, et cela continuera d'être le cas. Et, vous savez, je suis un musulman qui pratique dans la discrétion, mais mon épouse est catholique et ma belle-fille juive. Je suis la maison d'Abraham à moi tout seul.

Plus grand que Pascal Couchepin

On a traduit l'«Hymne du Nord» québécois en anglais pour la cérémonie d'ouverture des JO de Vancouver. Cela vous a-t-il heurté?

J'attends le rapport de Pascal Couchepin, le grand témoin de la francophonie, avant de me prononcer. Je ne veux pas juger à l'aune d'impressions mais de faits.

Quelles impressions?

Avant les Jeux olympiques j'étais certain que ces Jeux respecteraient parfaitement les règles du bilinguisme. Mais j'ai ensuite déchanté: je me suis rapidement aperçu que Vancouver est certes au Canada, un pays également francophone, mais surtout sur le territoire de la Colombie-Britannique, où le français ne vient que loin derrière l'anglais et même le chinois. Je me suis dit que ce ne serait pas si facile. Et alors...

Alors, en arrivant à Vancouver, j'ai constaté que les signalisations et la documentation étaient disponibles à la fois en français et en anglais. Je pense toutefois que c'était une erreur de présenter un spectacle d'ouverture presque uniquement en anglais.

Vous êtes donc déçu?

Encore une fois, permettez-moi d'attendre les conclusions de Pascal Couchepin. Et, non, je ne suis pas déçu, d'autant plus que la première médaille de ces Jeux olympiques était suisse. Je peux vous assurer que nous avons fait une belle fête le soir de la victoire de Simon Ammann, avec Pascal Couchepin et votre présidente, Doris Leuthard, qui m'a complètement charmé. Même si elle est Alémanique, elle parle très bien français.

Par pure curiosité: êtes-vous plus grand que le grand témoin de la francophonie?
Incontestablement. Cela se voit à l'oeil nu. Je mesure 1,98 mètre...

Source : http://www.lematin.ch/actu/suisse/abdou-diouf-sommet-mont...

16/10/2009

21e Commission du Fonds d'appui à la presse francophone du Sud

 

presse_crieur.jpg

La 21e Commission du Fonds d’appui à la presse francophone du Sud initié par la Francophonie en décembre 1998, se réunira du 13 au 17 octobre 2009 à Phnom Penh, au Cambodge. La cérémonie d’ouverture de la Commission, qui se déroulera à l’hôtel Sunway de Phnom Penh, le mercredi 14 octobre à 15 heures, sera présidée par son Excellence Monsieur Khieu Kanharith, ministre de l'Information, Porte-parole du gouvernement du Cambodge, en présence de Monsieur Patrice Burel, Directeur du bureau régional Asie-Pacifique de l’Organisation internationale de la Francophonie pour l’Asie et le Pacifique ainsi que de Monsieur Tidiane Dioh, Responsable de programme médias à l’OIF.

Destiné à soutenir prioritairement la consolidation de l’entreprise de presse, dans une perspective de développement à long terme, la Commission du Fonds, qui se réunit pour la première fois en Asie, est ouverte à toute entreprise de presse du Sud qui souhaite entreprendre un projet structurant. Le Fonds a appuyé, à ce jour, près de 120 entreprises de presse qui ont pu, grâce à cette contribution, acquérir du matériel informatique, des instruments de reportage, mais aussi équiper leur rédaction, développer un site Internet ou un système de gestion informatisé de leur documentation.


La commission d’experts, qui se réunit une fois par an pour examiner les requêtes déposées, suite à des appels publics à candidature, est composée d’experts internationaux de haut niveau, professionnels des médias reconnus pour leur connaissance des problématiques liées à la structuration des entreprises de presse du Sud. L’équipe d’experts qui illustre la diversité géographique de l’espace francophone est composée de madame Nayla De Freige, Administratrice du groupe L’Orient le Jour (Liban), messieurs Guy Bernière et René Boudinot, consultants auprès du programme médias de l’OIF (France), Alain-Blaise Batongué, Vice-président de l’Union internationale de la Presse Francophone et Directeur de publication du quotidien Mutations (Cameroun), Nguyen Le Hoan, Rédacteur en Chef adjoint du quotidien Phap luât Thanh phô HoChiMinh (Vietnam) et François Awoudo, Directeur de l’agence de presse Médiane Afrique (Bénin).


La Commission du Fonds d’appui à la presse est présidée par Monsieur Tidiane Dioh, Responsable de programme médias à l’Organisation internationale de la Francophonie.  

 

Source :  http://www.cambodgesoir.info/index.php?option=com_content...

© OIF

 

13/09/2009

L’OIF participera au financement de la restauration des œuvres de la cinémathèque de Ouagadougou

 

accueil.jpg

Source : http://www.aps.sn/aps.php?page=articles&id_article=59...

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a décidé de participer au financement de la restauration des œuvres de la cinémathèque de Ouagadougou, au Burkina Faso, qui a subi des sévères dommages suite aux inondations qui ont frappé ce pays.

‘’Il était impensable que la Francophonie, partenaire du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) depuis sa création et porteuse d’un projet exemplaire de promotion et de soutien à l’audiovisuel francophone du Sud, ne soit pas solidaire avec cette institution phare du cinéma africain’’, a dit le secrétaire général de l’OIF, Abdou Diouf, dans un communiqué reçu à l’APS.

C’est dans cette optique qu’il a envoyé ‘’une mission pour évaluer’’ la contribution que son organisme devra fournir à la cinémathèque de Ouagadougou.

‘’J’ai d’ores et déjà décidé l’envoi, dans les meilleurs délais, d’une mission chargée d’évaluer le soutien que la Francophonie pourra apporter à la cinémathèque de Ouagadougou et le responsable de cette mission rencontrera les autorités burkinabé concernées ainsi que l’ensemble des responsables, en liaison étroite avec nos différents partenaires nationaux et internationaux’’ a affirmé M. Diouf.

Partenaire du FESPACO depuis sa création, l’OIF a également mis en place, depuis 1988, un fonds francophone de production audiovisuelle du Sud qui a déjà permis la production de 1.400 œuvres de cinéma et de télévision.

Pour mieux exploiter le stock d’images accumulées en 20 ans d’existence du fonds, l’OIF a récemment initié un nouveau projet de création de ‘’Catalogue numérisé des images du Sud’’, à vocation professionnelle.

Celui-ci permettra de renforcer la diffusion des productions audiovisuelles du Sud en constituant sur Internet un catalogue homogène des œuvres existantes par la mise en ligne d’informations facilitant leur exploitation, fait savoir le communiqué.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu