Avertir le modérateur

15/10/2010

La Flandres et le français : relation paradoxale!

 

belgique-flandres_0.jpg

De Haan (Belgique), le 5 octobre 2010 - « Le 12 août dernier, un semi-remorque français imposant stationnait sur le parking, à proximité de la petite gare du Coq. A côté de lui, deux étals présentant des brochures : les unes en néerlandais et les autres... en français. Quoi? En français sur le territoire sacré de la Flandre? Alors qu'on le répète continuellement : 'Hier spreekt men Vlaams' », peut-on lire dans le dernier numéro des Nouvelles de Flandre, organe de l'Association pour la Promotion de la Francophonie en Flandre (APFF).

Et à l'APFF de poursuivre : « Mais, surprise : les organisateurs disposent d'une autorisation tout ce qu'il y a de plus légale. Venus du département du Nord de la France, ils travaillent en collaboration avec la province de Flandre occidentale. Renseignements pris, il s'agit ici d'une vaste opération de mise en garde des jeunes à propos de l'alcool, des drogues, du tabac, du bruit, du soleil, des maladies sexuellement transmissibles, organisée dans le cadre du programme transfrontalier INTERREG IV, subventionné à 50% par l'Europe.

Ah, bon ! Et il y a d'autres activités de ce type qui impliquent l'usage du français au-delà de la frontière linguistique ? En réponse à notre curiosité, nous recevons en pleine figure une 'brique' luxueuse de 348 pages : 174 pages en néerlandais et autant en français, présentées en tête-bêche. L'ouvrage est publié en 2008 par le gouvernement flamand, sous le titre un peu (d)étonnant : 'Note stratégique France'*. Il relève les initiatives prises pour renforcer la coopération entre la Flandre et la France. L'avant-propos est signé par Geert Bourgeois, vice-ministre-président du Gouvernement flamand. (...)

Que la France ou l'un de ses départements passe des accords avec la Flandre n'est pas du tout gênant. Ce qui l'est, c'est qu'on développe, en dehors de notre pays, une politique qui devrait être mise en pratique dans notre pays. On est en droit de se demander comment s'explique l'incohérence des pouvoirs de l'Europe. Celle-ci exige d'une part que soit signé d'urgence un accord culturel entre les Communautés en Belgique, et par ailleurs elle favorise les visées autonomistes de la Flandre. L'Europe devrait plutôt encourager la Flandre à rechercher une collaboration avec la Communauté française dans son propre pays! (...)

Quand on se réfère aux données comptables fournies dans la 'note', on se rend compte que la Flandre 'voit grand' dans tous les secteurs : enseignement, recherche scientifique, économie, politique portuaire et routière, etc... Le gouvernement flamand dresse l'inventaire d'une centaine de projets réalisés dans le cadre d'INTERREG IIIA, IIIB et IIIC pour un montant total de plus de 250.000.000 d'euros (NdlR : oui, oui, le nombre de zéros est exact!) dont pas loin de 50% sont pris en charge par des fonds européens. La Wallonie participe à un quart des projets cités, mais un peu en parent pauvre, à qui on laisse 10% du montant total.

Comme on peut voir, il ne s'agit pas de subsides mineurs, mais de sommes colossales pour la réalisation de projets très ambitieux. Pour peu, on retirerait de cette analyse, l'impression que le Maréchal Bourgeois s'apprête à conquérir l'Europe. Il faut savoir qu'il existe à l'état-major des notes stratégiques relatives à l'Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni...

Moralité : Ce sont essentiellement des fonds européens qui couvrent la coopération entre la Flandre et la France, au détriment des Francophones de Belgique, sans oublier la minorité francophone de Flandre. »

Source : http://www.categorynet.com/communiques-de-presse/politiqu...

08/06/2010

Flandres et Wallonie : reconstruire le débat.

v-7-1002138-1216199791.jpg

"Wat willen de Vlamingen", "Que veulent les Flamands ?", c'est la question qui était posée à différents acteurs de la société civile flamande ce dimanche dans Mise au Point. Une question qui n'a pas vraiment trouvé de réponse tranchée.

Que veulent les Flamands ? Plus de respect et de compréhension de la part des francophones, une réforme de l'Etat qui rende tous les niveaux de pouvoir plus performants, et, aussi, que l'on parle d'autre chose que du communautaire. C'est du moins ce qui est ressorti du débat de Mise au Point ce dimanche.

 

Pour certains invités, les francophones ne comprennent pas les Flamands. "Les francophones sont sourds, parce qu' ils ne retrouvent pas leurs raisons d'être dans ce que nous demandons. Et ils ont l'habitude de penser que c'est leur logique qui passe d'abord", estime ainsi Marc Platel, journaliste et essayiste.

Pour les invités, les francophones n'ont pas de raison d'avoir peur des Flamands. Au contraire. "Ce ne sont pas les francophones qui doivent avoir peur. Au dernier siècle, ce sont entre 25 et 30 communes qui sont devenues francophones. Il y a une expansion de la francophonie. Il n'y a jamais eu une commune francophone qui est devenue néerlandophone. S'il y a un peuple qui doit avoir peur, c'est le peuple qui est colonisé. S'introduire dans un pays, dans une région, sans s'adapter sans s'intégrer, c'est la continuation de la guerre d'expansion avec d'autres moyens", assène Etienne Vermeersch, philosophe, qui complète : "Il y a une frontière linguistique, elle est dans la Constitution. En ce qui concerne la culture et la langue, il y a une vraie frontière".

"Chaque pays, chaque région a un territoire. Il n'y a pas de problèmes avec les facilités. Mais si vous touchez au territoire, vous êtes un impérialiste. Mais il faut protéger les minorités, ça, certainement", tempère Luc Van der Kelen, éditorialiste.

 

Faut-il pour autant craindre que cette frontière devienne un jour une vraie frontière d'Etat ? Pas du tout, rétorquent les invités de Mise au Point. Mais la Belgique ne peut cependant pas échapper à une profonde réforme, pour la rendre plus peformante. "Aujourd'hui le système ne fonctionne pas. Il faut un Etat plus efficace, plus performant. Chaque Région doit pouvoir faire ses choix, pour plus de compétitivité, même s'il faut garder une sorte de solidarité entre les Régions. La Sécu ne doit pas être scindée complètement. Mais il faut voir les revenus et dépenses d'une Région, qui doivent être en équilibre", explique ainsi Bernard Van Milders, de l'Union flamande des entreprises.

Et Luc Van der Kelen, de compléter qu'il faut appliquer le principe de subsidiarité : donner les compétences au niveau de pouvoir qui saura l'utiliser le plus efficacement. Comme Bernard Van Milders, il estime qu'une partie de la Sécu pourrait être scindée.

Mais arrivera-t-on à cette réforme de l'Etat ?

"Il y a certaines personnes et aspects qui me font peur en Flandre et en Wallonie. Il ne faut pas, quand on parle de la Flandre, faire une fixation sur Bart De Wever et le séparatisme. Je suis tout à fait convaincu qu'en Flandre, il y a encore beaucoup de fédéralistes convaincus qui veulent une Belgique solidaire, mais mieux gérée et qui a donc besoin d'une vraie réforme de l'Etat, à tous les niveaux, selon le principe de la subsidiarité. Est-ce qu'on va voter pour des politiciens qui rendent des solutions possibles après le 13 juin ? Des deux côtés, il y a des politiciens qui choisissent le blocage. En Flandre, mais aussi en Wallonie avec Joëlle Milquet et Bart de Wever", craint Jan Goosens, directeur artistique du KVS.

 

Un blocage en vue avec les probables bons résultats de Bart De Wever ? Selon nos invités, c'est la faute des médias et des politiques qui mettent l'accent sur le communautaire et diabolisent la N-VA. "Il y a un ras-le-bol population. On essaie de diaboliser De Wever, comme on l'a fait avec le Vlaams Belang avant leur bon score. Il faudrait parler du social, des finances, ... Mais les médias ne parlent que de la N-VA. Alors ils vont gagner les élections", regrette Luc Van der Kelen. Et Bert Kruismans, humoriste, d'ajouter : "Les Flamands sont comme les Wallons, ils ont beaucoup en commun : on est des anarchistes. Si on dit de ne pas voter pour Bart de Wever, dans les campagnes, on se dit : on s'en fout, on va voter pour eux".

Selon Rudi Dierick, secrétaire politique du centre des associations flamandes, les Flamands en ont aussi ras-le-bol des francophones qui bloquent toute réforme. "Il y a une minorisation de la majorité. La minorité réussit à imposer sa préférence : le statu quo".

Mais Dimitri Verhulst, écrivain, n'est pas exactement du même avis. "Il y a une idée d'autosatisfaction. De moins en moins, les Flamands ont l'esprit ouvert. En général. Ca me fait peur. Mais il y a dix ans, c'était le Vlaams Belang et c'était pire que la N-VA".

Quelle conclusion tirer de ce débat ? Que, en Flandre, comme partout, les avis divergent, même si l'incompréhension semble être profondre entre francophones et Flamands. Mais, comme le dit Jan Goosens, "on crée des caricatures, il y a des nuances au débat".

 

Auteur : J. Calleeuw

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu