Avertir le modérateur

24/10/2010

L'ambition politique de la francophonie

Montreux_0.jpg

 

Ce n'est pas à Madagascar, comme prévu, mais à Montreux, en Suisse romande, qu'une quarantaine de chefs d'État et de gouvernement membres de l'OIF - Organisation internationale de la francophonie - se retrouvent aujourd'hui et dimanche pour un 13e sommet très politique. De fait, les bords du Léman ne sont pas le pire endroit pour parler réforme du système monétaire international, une priorité fixée par la France pour sa présidence des G20 et G8.

Car Nicolas Sarkozy a choisi de faire de ce sommet de l'OIF un tremplin pour les objectifs politiques qu'il défendra à partir du 12 novembre au G20 et du 1er janvier 2011 au G8 : deux directoires mondiaux que la France va animer durant un an et qui vont donner à son président un vrai pouvoir d'influence. L'Élysée a mis la barre haut en proposant aux grands de ce monde trois réformes : celle du système monétaire, celle du marché des matières premières aux prix trop volatils, enfin celle de la gouvernance mondiale.

Le sommet de la francophonie tombe à pic pour tester ces idées et les imposer à l'agenda international : « Il a la capacité d'influer sur les grandes questions qui agitent le monde », estime la ministre suisse des Affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, en écho à son collègue français : « Sur la gouvernance, les droits de l'homme, les élections, ce qu'on peut en attendre est une vraie démarche politique », a déclaré Bernard Kouchner.

La fonction première de l'OIF est bien sûr de défendre le français dans le monde : avec 220 millions de locuteurs (200 il y a trois ans) et une honorable 9e place mondiale des langues, celle de Molière ne se porte pas mal, mais son essor en Afrique cache un déclin en Europe et dans les organisations internationales. Et dire que 15 des 27 États de l'Union européenne sont membres de la Francophonie ! « Il faut oser parler français », martèle Abdou Diouf, l'ex-président du Sénégal et secrétaire général de l'OIF.

Un tiers de l'ONU

Mais la cause du français n'est pas seulement linguistique. L'OIF fonctionne de plus en plus en forum politique auquel se rallient des observateurs non francophones : cette année, l'Estonie, les Émirats arabes unis, le Monténégro, la République dominicaine et la Bosnie ont demandé à rejoindre les 14 pays déjà observateurs. Ce qui fait 70 pays représentés, un tiers de l'ONU. À Montreux, on va parler des otages au Sahara, avec néanmoins le handicap de le faire sans la francophone Algérie, qui ne veut pas faire partie de l'OIF pour raisons politiques. On parlera aussi de réchauffement climatique, à un mois d'un sommet de Cancún qui a bien besoin d'impulsions.

Source : http://www.sudouest.fr/2010/10/23/la-francophonie-devoile...

10/10/2010

"La langue française dans le monde"

 

LANGUE~1.JPG

 

Combien de francophones y a-t-il dans le monde ? Où en est l’apprentissage de la langue française en Europe, en Afrique, en Asie ? La nouvelle édition de l’ouvrage « Langue française dans le monde », préfacée par Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, répond à toutes ces questions. Réalisé par l’Observatoire de la langue française de l’Oif, l’ouvrage sera présenté le mardi 12 octobre, à 11h 30, à l’Espace Senghor, au 13, quai André-Citroën, à Paris.

 

Selon un communiqué de l’Oif, ce livre de 384 pages, dont la sortie en librairie est prévue le 21 octobre en France, a pour principal objectif de fournir aux spécialistes, mais aussi au grand public, des données fiables sur la situation de la langue française dans plusieurs domaines. Source unique d’informations chiffrées et scientifiquement établies, le lecteur y trouvera cartographies et enquêtes inédites (le français dans l’océan Indien ; la connaissance du français dans plusieurs capitales africaines) ainsi que des nouvelles études (la féminisation ; l’enseignement du français articulé aux langues africaines et créoles).

 

L’ouvrage sera présenté par Clément Duhaime, Administrateur de l’Organisation internationale de la Francophonie, en compagnie de Frédéric Bouilleux, directeur de la langue française et de la diversité culturelle et linguistique et d’Alexandre Wolff responsable de l’Observatoire de la langue française à l’Oif.

Source : http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=63952

06/10/2009

XXIXéme Assemblée Générale de l'Association Internationale des Maires Francophones (AIMF)

logoaimf.jpg

Une participation exceptionnelle

A l'occasion du 30e anniversaire de l'AIMF, près de 500 élus locaux venus des pays de l'espace francophone, mais aussi des Etats-Unis et du monde arabe, se sont retrouvés à Paris autour du thème des dialogues des cultures.

En séance d'ouverture, M. Bertrand Delanoë, Maire de Paris et Président de l'AIMF a déclaré « Ce début de XXIème siècle peut être angoissant, mais il ne peut pas être celui du choc des civilisations. C'est pourquoi nous avons placé cet événement sous le signe du dialogue des cultures, pour une Francophonie ouverte et qui s'enrichisse de sa diversité. »

M. Jacques Chirac, ancien Président de la République française et cofondateur de l'association, M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Jorge Sampaio, ancien Président de la République portugaise et Haut représentant des Nations Unies pour l'Alliance des civilisations, et M. Abdou Diouf, ancien Président de la République du Sénégal et Secrétaire général de la Francophonie, ont rappelé le rôle des villes dans le développement et dans la recherche de la paix. Tous ont souligné la place importante de l'AIMF dans le développement de la solidarité entre les villes.

Le dialogue des cultures au coeur des échanges

Les maires francophones ont souhaité, pour leur 30e anniversaire, se retrouver autour du thème du dialogue des cultures. A cet égard, ils ont notamment recommandé de renforcer les mécanismes de participation aux affaires municipales de l'ensemble des composantes culturelles des villes, de développer les manifestations culturelles qui valorisent toutes les composantes de leurs villes, et d'encourager les échanges culturels en mettant en oeuvre des projets de coopération centrés sur l'art et la culture.

A l'occasion de ces travaux s'est tenue une réunion spéciale des membres des Bureaux de l'Organisation des Villes Arabes et de l'AIMF. Les deux associations ont déjà, en 2008, lancé un projet commun d'adduction d'eau qui à terme bénéficiera à 600 000 habitants de la ville de Nouakchott. Elles ont décidé de poursuivre cette coopération en bâtissant un projet culturel commun dédié à la connaissance, et en élaborant un rapport commun pour mettre en avant leurs efforts respectifs pour contribuer au dialogue des cultures et au rapprochement des civilisations.

Une solidarité concrète

Le Bureau, réuni le 1er octobre, a attribué de nouvelles subventions pour un montant d'1,5 million d'euros, qui portent l'investissement de l'association pour l'année 2009 à plus de 5 millions d'euros. Les investissements décidés par le Bureau rendront possible la réalisation de projets contribuant à l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement :
- Formation et sensibilisation à la décentralisation à Bandundu (République Démocratique du Congo)
- Assainissement et accès à l'eau potable à Vientiane (Laos), Bandiagara (Mali), Bobo-Dioulasso (Burkina Faso) et Kpalimé (Togo)
- Centre de santé à Kinshasa (Rép. Démocratique du Congo) et installation sanitaire à Mopti (Mali)
- Création d'espaces publics de quartiers à Praia (Cap Vert) et Diego Suarez (Madagascar)

Le Bureau a également décidé de nommer M. Pierre Baillet, ancien Secrétaire permanent adjoint, au poste de Secrétaire permanent.

Assemblée générale : des décisions déterminantes pour l'avenir de l'association

Lors de l'Assemblée générale qui s'est tenue le 3 octobre, les maires francophones ont adopté le Programme d'orientation 2010-2013, qui guidera l'action de l'association pour les quatre prochaines années. Ce programme, qui prévoit un budget d'investissement d'une trentaine de millions d'euros, est structuré autour de deux axes :

> Le renforcement des capacités politiques et techniques des élus locaux avec des projets concrets concernant la gestion des villes et l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

> La valorisation du savoir-faire des maires francophones en matière de régulation urbaine non seulement au sein du réseau des maires francophones mais aussi des organisations mondiales

Plusieurs villes et associations de villes ont été admises, notamment Lafayette, en Louisiane, qui devient ainsi la première ville américaine à faire partie de l'AIMF. Enfin, il a été décidé que le prochain Bureau se réunira au printemps 2010 à Liège et que le thème de l'Assemblée générale qui suivra à l'automne de la même année portera sur « Villes et universités au service du développement ».

Source :http://www.aimf.asso.fr/

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu