Avertir le modérateur

13/10/2010

Le français progresse grâce à l'Afrique.

images.jpg

 

Par quel miracle le nombre de francophones dans le monde est-il passé de quelque 200 millions de personnes en 2007 à 220 millions de personnes en 2010, d'après le dernier rapport de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), publié mardi 12 octobre ?

Pour la première fois, répondent les dirigeants de l'OIF, leur jeune Observatoire de la langue française a pu se fonder, non plus sur des évaluations parfois sommaires, mais sur des sources statistiques, des enquêtes nationales ou internationales et, quand elles faisaient défaut, sur des études ad hoc menées par des organes de la francophonie.

De plus, outre les 70 pays membres de l'OIF (dont 14 pays dits "observateurs"), ont aussi été comptabilisés les francophones d'Algérie (évalués à 11,2 millions de personnes), ceux des Etats-Unis (2,1 millions), d'Israël (plus de 300 000 personnes) et même du Val d'Aoste (Italie, 90 000 personnes).

NEUVIÈME LANGUE DU MONDE

Dans les pays africains, seules les personnes sachant non seulement parler mais aussi lire et écrire le français ont été prises en compte. C'est l'un des facteurs qui permet aux responsables de l'OIF d'assurer que ce chiffre de 220 millions de francophones reste sous-évalué.

Le français, neuvième langue parlée au monde et deuxième langue enseignée (avec 116 millions de personnes qui l'apprennent, selon l'OIF) se développe-t-il vraiment, envers et contre l'attraction de l'anglais ? "Depuis cent cinquante ans, le français n'est plus la seule langue universelle, on a tardé à en prendre conscience, constate Frédéric Bouilleux, directeur de la langue française et de la diversité linguistique à l'OIF. Aujourd'hui, on parle le français parce qu'on en a besoin, pas seulement au niveau des élites."

D'après le rapport, le français se développe en Afrique, principalement pour des raisons démographiques, stagne en Amérique du Nord, et décline en Europe, où le Royaume-Uni, par exemple, a décidé, en 2004, que la langue de Molière n'était plus indispensable à l'examen final du cycle secondaire.

RÉGRESSION DANS LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES

La régression est aussi patente dans toutes les organisations internationales et sur leurs sites, même quand le français y est langue officielle ou langue de travail. Ainsi, constate Alexandre Wolff, responsable de l'Observatoire de l'OIF, seulement 15% des textes de la Commission européenne de Bruxelles sont émis initialement en français et servent ainsi de base de discussion avant traduction.

Dans les instances de l'ONU, à Genève, ajoute-t-il, 90% des textes sont d'abord rédigés en anglais. A toutes ces organisations ainsi qu'à certains de ses pays membres comptant relativement peu de francophones, l'OIF tente d'imposer un "vade-mecum", rappel à la diversité culturelle timidement suivi d'effet, souvent faute de moyens.

Dans ses projections, l'OIF anticipe que l'Afrique, où vivent déjà environ la moitié des francophones du monde, en regroupera en 2050 environ 85%, sur 715 millions de locuteurs, toujours en vertu de son dynamisme démographique. Et à condition que la scolarisation continue de progresser sur ce continent et que le français y demeure une langue enseignée (le Rwanda a, lui, opté pour l'anglais).

D'où l'emphase accrue que demande Clément Duhaime, administrateur de l'OIF, dans la formation des maîtres et dans les programmes d'alphabétisation pour les pays africains, avant le 13e sommet de l'OIF prévu du 22 au 24 octobre à Montreux (Suisse).

Auteur : Martine Jacot

Source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/10/13/le-francais-progresse-en-afrique-mais-il-decline-en-europe_1424818_3244.html

 

09/07/2010

L'Europe en français

europe-f.jpg

L’Europe des vingt-sept comprend 202 régions, 23 langues officielles que se partagent 493 millions de citoyens dont 70 millions sont francophones et 12 millions apprenants de français. Mosaïque de peuples, de cultures et de langues, l’Europe est un véritable laboratoire pour la diversité culturelle et linguistique à l’échelle mondiale.

Pour répondre à l’importance de l’enjeu, le ministère des Affaires étrangères et européennes mène une politique active en faveur du plurilinguisme et du français en Europe.

Cette politique vise à encourager nos partenaires européens à développer l’enseignement de deux langues vivantes obligatoires dans les systèmes éducatifs nationaux et en particulier à consolider les dispositifs d’enseignement bilingue francophones dans l’enseignement secondaire et supérieur. Elle se traduit par une coopération en matière de formation continue des enseignants : habilitation des examinateurs pour les certifications françaises de français langue étrangère adossées au Cadre européen commun de référence pour les langues, utilisation des technologies numériques, l’objectif étant de rendre l’enseignement du français plus attrayant.

Pour que le français demeure une langue de communication internationale, sa place doit rester assurée au sein des institutions de l’Union européenne. La France a signé en 2002, avec la Communauté française de Belgique, le Grand Duché du Luxembourg et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), un Plan pluriannuel d’action pour le français en Europe . Le renforcement de l’usage du français passe, en effet, par son apprentissage par les fonctionnaires non-francophones des États membres, appelés à siéger à Bruxelles et, dans le contexte de l’élargissement, des pays voisins de l’Union européenne.

Des formations en français sont assurées dans les capitales ou à Bruxelles même à destination de publics spécialisés : interprètes et traducteurs, administrateurs, diplomates et fonctionnaires, mais aussi journalistes et étudiants des académies diplomatiques travaillant en liaison avec les institutions européennes.

Actualiser l’image de notre langue, conquérir de nouveaux publics et soutenir les enseignants de français sont les autres objectifs de la promotion du français en Europe.

Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/franc...

26/09/2007

La Journée Européenne des Langues

medium_logo-1.gif

C’est aujourd’hui la Journée Européenne des Langues, organisée par le Conseil de l’Europe et destinée à « célébrer la diversité linguistique, le plurilinguisme, l’apprentissage des langues tout au long de la vie ».

Cette manifestation, qui existe depuis septembre 2001, s’emploie à impliquer des millions de personnes au sein de 45 pays. Les objectifs sont nombreux. Il s’agit tout à la fois de développer un plaidoyer en faveur du plurilinguisme, de promouvoir la richesse culturelle et linguistique de l’Europe, et surtout d’encourager l’apprentissage des langues.

Les actions liées à cette célébration sont très nombreuses. Je vous laisse consulter le programme à partir du lien suivant : http://www.ecml.at/edl/find.asp?s=EV .Une remarque cependant car il me semble que cette journée, en France, ne bénéficie pas encore d’une couverture médiatique très forte. C’est véritablement dommage car je suis certain qu’une journée comme celle-ci possède le potentiel communicatif et festif d’un événement comme la Fête de la Musique. Tiens, voici au passage l’occasion de remercier les lecteurs qui nous visitent des pays étrangers : pays de l’Est notamment, dont je vois les noms parfois apparaître sur le compteur géographique. Dans les pays européens où vous résidez, l’impact de cet événement est-il important ? En entend-on parler à la télé, dans les écoles ?

Cette manifestation culturelle est encore jeune. Espérons qu’elle soit promise à un riche avenir… Elle correspond sans doute à ce que l’Europe peut apporter de meilleur et de plus intéressant.

Zoomons sur l’une des opérations liée à cet événement. Des supports promotionnels, sous forme d’autocollants ou de badges, inscrivent dans toutes les langues de l’Europe la phrase : « Parle moi ». Vous trouverez la totalité des modèles à partir du lien suivant : http://www.ecml.at/documents/edl/edlstickers.pdf

Voici qui illustre bien la diversité de la réalité linguistique en Europe… Et voici qui peut représenter un beau document pédagogique à l’intention des classes de l’Europe entière. Par ailleurs, un jeu interactif utilise cette ressource en vous demandant de relier chaque langue au(x) pays de l’Europe où elle est parlée. Oups... ce qui est loin d’être évident : http://www.ecml.at/edl/game/talktome.html

De quoi se persuader une fois pour toute que l’anglais et le français ne sauraient en aucun cas, représenter l’alpha et l’oméga de la communication internationale !

Arnaud PANNIER

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu