Avertir le modérateur

28/08/2008

Discours de Pierre BOURGAULT, 1966

Voici le discours, engagé et polémique, que Pierre BOURGAULT prononçait en 1966. Ce discours mettait en avant le besoin, pour une langue, d'être utile pour apparaître légitime. Cette utilité possède dans sa bouche une forte résonnance économique. 42 ans plus tard, avouons le, le discours n'a pas pris une ride!

 

28/06/2008

Pour une Renaissance de la Francophonie

1470090638.jpg

 

 

Hervé BOURGES, dans le récent rapport adressé au Secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, Alain JOYANDET, préconise une ambitieuse politique de revitalisation des dynamiques francophones, au service d'une "Renaissance de la Francophonie"…

Les chiffres qu’il avance à ce sujet sont particulièrement éloquents… Ainsi, alors que les financements relatifs à la diffusion du français demeurent très modestes, le seul British Council  s’apprête, pour l’anglais, à réaliser un investissement de 150 millions d’euros dans les prochaines années. L’objectif affiché consiste à  faire passer le nombre de locuteurs anglophones de deux à trois milliards d’individus…

Les enjeux son évidents. Le Royaume-Uni, par une telle démarche, manifeste son souhait de renforcer la suprématie de l’anglais. Une telle dynamique témoigne aussi des enjeux stratégiques et commerciaux associés à la politique linguistique d’un état. L’aura de la langue anglaise constitue ainsi un atout exceptionnel qui facilite les relations économiques, d’une part avec les milieux d’affaires, d’autre part avec les populations… c’est-à-dire avec les consommateurs.

En regard, les investissements relatifs à la langue française apparaissent bien modestes. Le budget total que la France consacre à la Francophonie est de 136 millions d’euros, celui de l’OIF ne représente que 80 millions d’euros. Les programmes de l’OIF pour l’enseignement et la promotion du français se montent à 6 millions d’euros… qu’il faut comparer aux seuls 150 millions du British Council…

Ce sont déjà des sommes importantes diront certains… trop faibles cependant si l’on considère leur potentiel économique d’investissement.

Une autre difficulté réside dans le fait que la France est bien esseulée dans ces mécanismes de financement…Les budgets de l’AUF, de l’OIF, sont pour une grande part assumés par ce seul pays. C’est un facteur limitant en cette époque géopolitique où les pays doivent être associés pour parvenir à faire entendre leur voix, leur langue… et en profiter pour gagner des parts de marché !

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu