Avertir le modérateur

21/08/2008

Langues régionales et réforme consititutionnelle

1630338818.jpg

 

 

Le 21 juillet dernier, voici un mois jour pour jour, le Conseil Constitutionnel se prononçait en faveur de réformes dont l’importance a sans doute été minorée par le médiatique clivage gauche/droite.

La réforme la moins exposée (et qui apparaît comme la moins importante aux yeux des Français) est la déclaration favorable aux langues minoritaires dont certains régionalistes se sont empressés de dénoncer les limites. Pour eux, la disposition légale doit aller au-delà de la simple reconnaissance des langues régionales en affirmant leur appartenance au « Patrimoine national ».

Sans doute, la position tenue par le Conseil Constitutionnel est-elle encore timide. Pourtant, il faut noter la « nouveauté » d’une telle dynamique. Alors que la quasi-totalité des membres de l’Union européenne ont signé une déclaration en faveur de la promotion des langues européennes minoritaires partout où elles existent, il ne faut pas oublier que la France est restée volontairement à l’écart du dossier. Tout au moins a-t-elle signé la Charte européenne sur les langues régionales tout en refusant de la ratifier.

Curieuse position qui s’explique aussi par l’Histoire. Si Louis XIV a construit son pouvoir « solaire » en supprimant la plupart des prérogatives politiques des régions historiques, ce sont les révolutionnaires qui ont imposé la dynamique centralisatrice sur laquelle a fonctionné la langue française durant près de deux siècles. Si le français a longtemps cohabité avec de nombreuses langues régionales, il les a progressivement réduites à l’état de patois, notamment en les privant de la reconnaissance associée à l’institution scolaire. Le breton, le provençal, le basque sont aujourd’hui, à des degrés divers, en position de faiblesse et risquent bel et bien, à terme, de disparaître.

Malgré le chant qu’une langue abandonne derrière elle, il est bien peu probable qu’elle ne renaisse un jour de ses cendres. Il serait donc peut-être temps que les gestes politiques en faveur des langues régionales soient plus ambitieux et ne contraignent pas la France au « grand écart » permanent. Comment en effet militer pour la diversité linguistique dans les institutions internationales quand on ne reconnaît pas ce principe dans la valorisation de son propre patrimoine ?

 

 

A voir : la carte des langues régionales dans le fichier photo : "quelques cartes malgré tout..."

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu