Avertir le modérateur

08/09/2008

Une rentrée anglaise...

 

772533361.jpg

 

Le ministre de l’Education nationale, Xavier DARCOS, a annoncé à l’occasion de la rentrée scolaire, qu’un effort spécifique serait conduit en direction des écoliers français, afin qu’ils puissent mieux maîtriser l’anglais.

« Les petits Français, les jeunes Français n’arrivent pas à maîtriser l’anglais, or c’est un handicap considérable dans la compétition internationale (…) Nous allons donner à tout le monde ce que les familles les plus aisées offrent à leurs enfants par des stages linguistiques à l’étranger » a-t-il précisé.

Concrètement, les mesures prises seront les suivantes :

-         Des stages d’enseignement seront organisés durant les vacances et en marge des horaires normaux. Ils pourront se dérouler dans le cadre des deux heures de soutien hebdomadaire que le Ministère souhaite mettre en place dans les écoles et les collèges.

-         Des dispositifs d’auto-formation seront développés via Internet, labellisés par le Ministère.

-         Des stages à destination des lycéens seront eux aussi organisés lors des périodes scolaires propices : en février, début juillet ou fin août.

Ces mesures seront financées sans dotation budgétaire : ce sera l’occasion pour les enseignants de profiter d’heures supplémentaires. Les intervenants pourront aussi être des répétiteurs, des étudiants anglo-saxons qui viennent réaliser des stages pédagogiques dans les établissements français, à travers des accords signés entre les différents ministères de l’Education.

 

Globalement, ces mesures apparaissent plutôt pertinentes. La prise de conscience de l’inefficacité relative de notre politique d’enseignement des langues étrangères dans les établissements des premier et second degrés est primordiale. La volonté d’y faire face est louable.

Reste que cette priorité absolue accordée à l’anglais reste discutable… S’agit-il de faciliter la mise en œuvre du dispositif ? Il faudrait alors le préciser car le choix d’une langue doit demeurer une opportunité relativement ouverte. Tant sur le plan individuel que collectif, il est important que les hommes et les groupes humains puissent demeurer au centre de dynamiques qui valorisent le multilinguisme. Dans un univers condamné à s’ouvrir vers « tous » les autres, se focaliser sur quelques uns de nos partenaires pourrait s’avérer une fausse piste d’ouverture interculturelle.

 

03/08/2008

Espagne : le castillan menacé?

816340214.gif

Décidément… il est fascinant d’observer à quel point l’influence d’une langue est une notion relative et donc polémique.

Nous développons souvent l’idée sur ce blog, que l’espagnol pourrait bien devenir la première langue étasunienne au fur et à mesure qu’avance le nouveau siècle. La langue de Cervantès est aujourd’hui parlée par 400 à 600 millions de locuteurs à travers le monde et apparaît dans une position idéale en terme « d’influence linguistique ».

Néanmoins, pendant ce temps en Espagne, des groupes de pression se constituent afin de défendre les intérêts du castillan (l’espagnol « standard ») devant la poussée des langues régionales que sont le basque, le galicien ou le catalan. Le philosophe Fernando SAVATER déclare ainsi que « depuis quelques années il y a des raisons croissantes de se préoccuper dans notre pays de la situation institutionnelle de la langue castillane ». Le philosophe a été rejoint sur cette position par le romancier péruvien Mario VARGAS Llosa ainsi que par une vingtaine d’autres intellectuels. Ensemble, ils ont publié un « Manifeste pour la langue commune » qui a rapidement pris la forme d’une pétition pour soutenir le castillan face aux langues régionales apparaissant de plus en plus, au sein des provinces concernées, comme des langues officielles exclusives. La pétition, relayée par le journal El Mundo, a recueilli l’adhésion de 135 000 personnes dont quelques personnalités comme la diva Montserrat Caballé et le capitaine de l’équipe nationale nouvellement championne d’Europe de football, Iker CASILLAS.

Ce groupe de pression réclame ainsi une affirmation plus claire de la primauté du castillan sur les langues régionales. Ils dénoncent notamment la multiplication des panneaux de circulation et de documents officiels rédigés dans les seules langues régionales. Parallèlement, une « Plate-forme pour la liberté de choix linguistique » s’est créé pour lutter au Pays Basque contre la volonté du gouvernement régional nationaliste d’éliminer les filières d’enseignement en espagnol ainsi que les filières bilingues espagnol/basque, au profit de la seule filière basque… qui ne comprend que trois heures d’espagnol par semaine.

Que penser de tout ceci ? Les « régionalistes » revendiquent agir dans le sens de la protection d’une diversité linguistique qui a longtemps souffert de la politique autoritaire et répressive de FRANCO. La situation espagnole peut-elle toutefois à terme présenter des risques d’éclatement pour le pays, de même qu’en Belgique ?

Il est bien difficile de se prononcer sur de tels débats… mais fascinant d’observer les enjeux que la langue tisse au sein des communautés humaines. Qui peut encore penser que l’homme n’est fait que pour parler une seule langue quand tous les jours, on voit ainsi l’identité de chacun distribuée dans de si subtils jeux d’influence ?

 

31/07/2008

Internet et la langue de l'autre.

 

 


 

 

 

Voici, trouvée pour vous sur le web, une sympathique conférence de Stéphanie BOOTH, qui problématise les relations entre les langues étrangères et Internet.

Il est vrai que si Internet nous délivre des frontières géographiques, il ne parvient pas forcément à nous libérer des barrières linguistiques qui entravent la communication… Pire, le web est créateur de cloisonnements et en vient parfois à brouiller les cartes… à mettre des bâtons dans les roues des internautes qui naviguent sur un espace essentiellement multilingue.

Cette conférence est plutôt à l’intention de blogueurs ou de concepteurs de sites Internet qui développent leur production dans un environnement international. Mais on y trouvera de nombreuses réflexions très pertinentes sur le multilinguisme dans le monde "high tech" contemporain.

Je reprendrais bien volontiers ici la citation de Mario WANDRUSZKA que vous retrouverez dans l’intervention de Stéphanie BOOTH : « Being human among humans means living in a state of ever incomplete  multilingualism ».

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu